vendredi 17 novembre 2017

Les succès et échecs 2017, partie 1

 This article in english.



Cliché automnal: vigne de raisins qui jaunit et chatte noire d'Halloween. J'aurais dû ajouter mon unique petite citrouille à la photo.


Article similaire de l'année précédente:
Année 2016

Hélène:
Il a vraiment fallu que j'aille relire mes autres articles des années précédentes pour savoir si je ne me répétais pas: Nous avons eu une saison vraiment bizarre! Les températures étaient complètement azimuts, bel et bien signe que les changements climatiques ne sont pas une berlue.

Cet article ne sera pas très long car cette année, je n'ai pas pu mettre la main au jardin comme j'en ai l'habitude et force est d'admettre qu'il en a souffert. Retournant sur les bancs d'Université avec entre autres une session d'été intensive, les mois de Mai et Juin n'ont pas reçu toute l'attention requise pour bien démarrer le jardin. Et pour une myriade de raisons plus personnelles, durant l'été et l'automne il n'aura pas reçu non plus les soins nécessaires pour donner une bonne performance.

Résultat: ce qui a bien fait, ce sont les vivaces établies. Les fraises (dont une nouvelle variété), les framboises, les pêches, les raisins, les cassis rouges. La plupart des annuelles ont performé de façon correcte, mais rien d'époustouflant.

Les tomates, par exemple, ont très bien fait, mais ma famille s'est vite désintéressée de les manger et je ne prenais donc guère le temps de les récolter. Les patates ont bien fait, mais encore là, je suis certaine que j'en ai perdu beaucoup (certaines que je récoltais commençaient à montrer des signes de pourriture et en plein centre d'où je les avais plantées, malgré une verdure luxuriante, il n'y avait aucune patate). Les fèves n'ont pas très bien fait, car les plants se sont fait attaquer: les feuilles se retrouvaient toutes grignotées et le temps que j'ai mis à remarquer le problème, il était déjà trop tard. (Et je ne sais même pas quel insecte est responsable! Il faudra probablement que j'arrête d'en planter pour quelques années pour éliminer la surpopulation de la peste en question.)



Pour le meilleur (ou pour le pire) je n'arrose pas mes arbres fruitiers comme le pêcher. Le fruit était très abîmé (photo ci-haut à l'appui) quand j'ai fait la cueillette, mais il s'agit d'un fruit à la peau tellement épaisse qu'une fois celle-ci enlevée, la chair était parfaite et succulente! J'en ai cueilli tellement (environ 80 fruits), ce fût une véritable fiesta de la pêche, chez nous! Fruits frais bien sûr, mais clafoutis, smoothies et confitures ont agrémenté notre mois d'août! J'en ai même congelé pour l'hiver!
On peut voir ici seulement le tiers de la cueillette complète, environ.

Pour leur part, les raisins sont devenus du jus délicieux. Dans le bol blanc, ce sont les cerises noires du cerisier de mon fils; je n'ai récolté que celles qui étaient à porter de main.

Finalement en fin de saison, bien que les températures aient été particulièrement chaudes pendant le jour, ce n'était pas le cas des nuits qui devenaient plutôt fraîches. Ainsi, la dernière récolte de tomates d'il y a quelques jours n'était pas extraordinaire puisque le fruit - bien qu'il semblait correct sur le plant - se dégradait rapidement une fois rentré dans la maison. Elles ont eu trop froid, ces tomates! J'avais 3 variétés dans le jardin: 'Pink Vernissage' (la grosse rouge striée à gauche), 'Cherry Orange' (au centre) et 'Petit moineau blanc' (à droite).

 Enfin, quelques poignées de deux variétés de fèves ('Scarlet Runner' et 'Nebraska Beauty'), une citrouille et quelques piments 'Paprika' encore verts font partie des dernières récoltes.
'Scarlet Runner' à gauche et 'Nebraska Beauty', au centre, sont les deux variétés de fèves. Une petite citrouille 'Sunshine', des fleurs de lavande et de Calendula (souci) séchées complètent la récolte ici.

 Conclusion:
Toute la beauté de la permaculture fait à nouveau surface dans mon esprit: un jardin bien établi évite les ennuis. Les vivaces donnent un grand coup de pouce à tout jardinier en manque de temps, une leçon que j'avais bien retenue de ce fabuleux livre (lecture que je recommande chaudement). Preuve à l'appui que je répète ici: mes vivaces m'ont fourni une abondance de fruits, mais les annuelles n'ont malheureusement pas suivi leur exemple.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire