mercredi 28 mars 2012

Pas besoin d'avoir une cabane à sucre pour produire son propre sirop d'érable !

This article in english.
 Este artículo en español.


Notre sirop est de fort belle qualité.
Louise :

 Voilà ! La nouvelle n'est déjà plus fraîche : la saison des sucres est déjà terminée. Elle a commencé plus tôt que d'habitude et aura été plutôt courte. Ce qui fait que j'ai déjà hâte à l'an prochain.

Pour la saison 2012, nous n'aurons pas produit autant de sirop que prévu : nous avons trop tardé pour entailler.
Dommage, l'eau d'érable  était vraiment de bonne qualité. Malgré tout, ce que nous avons récolté (soit 2,5 litres) vaut largement la peine, autant pour le plaisir que pour le précieux produit lui-même.

Je pensais pouvoir publier cet article bien avant la fin du temps des sucres. Et à l'évidence, je n'y suis pas parvenue. Mais ce n'est pas plus mal, car mon propos est de partager mon expérience personnelle avec des jardiniers qui voudraient se laisser tenter par cette récolte si québécoise, la toute première de l'année. 
Si vous voulez vous lancer dans l'aventure, d'ailleurs, il n'est pas bête d'y penser un an d'avance pour vous préparer. Premièrement, vous voudrez peut-être savoir quelle sorte d'érables vous avez sur votre propriété. Quelques recherches sur internet pourront vous aider. Voici un lien bien utile sur l'identification des arbres au Québec. Ou il existe aussi cette app, si vous êtes enclin vers la technologie. 

Notez bien qu'on peut entailler avec succès les érables à sucre (Acer Saccharum), bien sûr, mais aussi les érables noirs, rouges et argentés, et même les érables à Giguère. La concentration en sucre variera d'une espèce à l'autre. 

Les bouleaux s'entaillent aussi, mais leur sucre est beaucoup moins concentré, alors il faudra 100 litres d'eau de bouleau pour 1 litre de sirop et celui-ci goûtera plutôt... la mélasse ! D'ailleurs, la technique de production de ce sirop n'est pas exactement la même que pour le sirop d'érable et la saison pour entailler non plus.  J'ai appris récemment qu'on peut aussi entailler les peupliers et les noyers. Je suppose que chacune de ces espèces donne un sirop à la saveur distinctive.

Donc, vous avez quelques érables sur votre terrain ? Alors, la production de sirop est à votre portée. Vous n'avez pas cette chance ? Et si le voisin au bout de la rue en avait, lui ? Ou votre cousin ? Ou votre grand-mère ? Vous pourriez leur offrir vos services comme acériculteur bénévole et partager la récolte avec le ou les chanceux propriétaires ! 

Voici donc ma méthode personnelle pour récolter l'eau d'érable. Si toutefois, vous voulez y aller de façon plus sophistiquée, allez consulter les liens au bas de cet article.

Combien faut-il d'érables ?
Vraiment pas tant que cela. En nous aidant des informations trouvées sur internet, faisons un petit calcul : Dès qu'un érable atteint 25 cm de diamètre (10 pouces), on peut sans danger lui faire une entaille. à mesure qu'il grossit, on peut lui faire plus d'entailles, jusqu'à 4. Ainsi, un érable qui a 62cm de diamètre et plus (25 pouces et plus) pourra recevoir 4 entailles. Si vous avez assez d'érables sur votre terrain pour totaliser 6 entailles, vous pourrez probablement obtenir 1 gallon de sirop. De quoi couvrir les besoins de votre famille pour une année. Bon, ça dépend toujours de votre gourmandise... Je connais un couple qui consomme 4 gallons par année.
Par exemple, chez moi, nous avons 1 érable à sucre centenaire qui est encore productif (3 entailles) et trois autres assez gros pour les entailler (3 entailles de plus). En tout, 6 entailles nous permettent  généralement de récolter au moins 40 gallons d'eau d'érable, qui seront bouillis pour donner 1 gallon de beau sirop doré. 

Ne vous en faites pas, 40 gallons, ce n'est pas si effrayant que c'en a l'air, surtout que ce n'est pas tout d'un coup qu'on les reçoit. Nous travaillons tous les deux à temps plein, mon conjoint et moi, et avec un peu d'organisation, nous arrivons très bien à gérer cette quantité de liquide durant les quelques semaines que dure la saison des sucres.

Un matériel de base assez simple pour faire la récolte :
Pour recueillir la précieuse eau d'érable, il vous faudra quelques chalumeaux (les petits "becs" qu'on enfonce dans l'arbre) et autant de seaux de fer blanc, munis de leur couvercle. Nous avons acheté les nôtres du propriétaire d'une érablière il y a plusieurs années. Mais certaines quincailleries et des magasins de produits agricoles en vendent aussi.
Vous aurez aussi besoin d'un marteau et d'un vilebrequin (ou d'une perceuse électrique et d'une extension électrique pour l'extérieur, ou mieux, d'une perceuse à piles). La mèche doit faire des trous qui correspondent au diamètre de vos chalumeaux. Nous avons remarqué que ce sont les entailles qui reçoivent du soleil qui donnent le plus de sève. Donc, n'entaillez pas la face nord de vos arbres, car vous risquez de ne récolter presque rien de ce côté.

Les couvercles servent à protéger le contenu des seaux de l'eau de pluie et des saletés qui peuvent y tomber, mais malgré tout, vous y retrouverez de la poussière, de petits débris d'écorce, de mousse et de lichen, et même des insectes morts noyés dans votre précieux liquide. Pas de panique ! Il vous suffira de filtrer votre eau avant de la faire bouillir et le tour sera joué. Pour cela, vous aurez besoin d'un tamis ou d'une passoire que vous tapisserez d'un linge propre. 
Mon système de filtration est tout simple :
un tamis métallique déposé dans un bol...
... puis recouvert d'un linge propre plié en deux ou en quatre.
Je verse l'eau d'érable, et le tour est joué.
S'il y a beaucoup de saletés dans l'eau,

il m'arrive de reprendre le processus une deuxième fois. Certains voudront aussi filtrer le sirop. Je ne me donne pas la peine de le faire. Mon sirop reste beau et clair,
mais parfois, il se forme une lie au fond du pot, ce qui n'affecte en rien le goût du sirop.
Les jours où les érables coulent beaucoup, il vous sera très utile d'avoir un contenant de réserve pour entreposer l'eau d'érable en attendant que vous puissiez la faire bouillir. En effet, j'ai remarqué qu'elle peut se conserver 24 heures au frais avant que le goût ne s'altère et qu'elle se brouille. Dehors, à l'ombre, c'est parfait, du moment que la journée est fraîcheUne bouteille d'eau géante (du type qu'on renverse la tête en bas pour alimenter une distributrice) fera parfaitement l'affaire (munissez-vous d'un large entonnoir pour ne pas tout renverser à côté du goulot). Mais un seau très propre ou un autre contenant de 5 ou 10 gallons pourront jouer le même rôle. Si vous préférez, vous pouvez aussi simplement boire vos surplus d'eau d'érable, un délice en soit (mais attention, boire une grande quantité d'eau d'érable peut donner la diarrhée à certaines personnes - le réduit peut avoir cet effet aussi; moi, ça ne m'affecte pas du tout).

Enfin, il vous faudra une grosse marmite et une source de chaleur pour faire bouillir votre eau. Une écumoire ou une grosse cuillère de métal vous seront aussi utiles pour ramasser l'écume blanche qui se forme à la surface durant l'ébullition.
Vous aurez besoin d'une grosse marmite.

Si vous faites votre sirop à l'intérieur, et que vous possédez un poêle à bois, vous pourrez simplement déposer la marmite dessus et laisser l'eau s'évaporer lentement. 

C'est la méthode de Lee Reich, un agronome américain dont le site est très intéressant. Sinon, vous aurez à dépenser de l'électricité ou du gaz pour faire bouillir toute cette eau sur le dessus de votre cuisinière. Mais vous récupérerez une bonne partie de la chaleur pour réchauffer la maison, surtout si, ayant un intérieur où l'air est trop sec, comme chez moi, vous ne faites pas fonctionner la hotte pendant une partie ou toute l'opération afin de conserver la vapeur à l'intérieur, en tout ou en partie.


On entend souvent les gens s'objecter quand on leur dit
qu'on fait bouillir à l'intérieur : "Vous allez vous retrouver
avec des murs collants !" Eh bien, pas du tout ! 
Par contre, la cuisine va certainement s'embuer : 
l'occasion rêvée pour laver en un tour de main la face
intérieure des fenêtres, la hotte, les murs et le plafond !

Mais les jours où la production est élevée, vous augmenterez beaucoup le taux d'humidité de votre maison, même en faisant fonctionner la hotte. 

Je vous rassure tout de suite : vous ne vous retrouverez pas avec les murs de votre cuisine tout collés (si c'est le cas, c'est qu'ils étaient déjà sales et plus ou moins graisseux avant que vous commenciez à faire bouillir, ou encore, selon Lee Reich, parce que l'eau bout si violemment qu'elle envoie dans l'air des goutellettes dans tous les sens en plus de produire de la vapeur). Cette vapeur qui se déposera sur les surfaces de votre cuisine sera toute propre, comme celle de la salle de bain après une longue douche chaude. Puisque l'eau s'évapore ainsi, le sucre, lui, reste dans la marmite et c'est ce qui donne le sirop concentré.

Personnellement, je profite de toute cette humidité qui se dépose sur les surfaces pour laver ma cuisine. Dans le reste de la maison, par contre, l'humidité ne s'accumule pas en quantité suffisante pour me permettre de faire la même chose.

Cette année, je voulais faire bouillir à l'extérieur. Pour cela, je voulais me fabriquer un "poêle fusée" (rocket stove) portatif, mais je n'ai pas eu l'occasion de mettre mon idée à exécution, finalement. Ce sera donc pour l'an prochain... Il existe des plans et vidéos sur YouTube qui montrent comment en construire un portatif avec 16 briques ou quelques boîtes de fer-blanc, par exemple. C'est un système extrêmement performant et très peu polluant qui produit une chaleur intense sans fumée en utilisant une quantité minime de bois. 

Ma méthode d'ébullition : 
Honnêtement, elle pourrait être plus sophistiquée. Par exemple, je suis sûre que je pourrais utiliser un thermomètre. Mais comme j'ai commencé à "bouillir" à une époque où le budget était très serré, j'ai dû m'en passer et je me suis habituée ainsi. Mais si vous voulez procéder de façon plus scientifique, allez voir le document du gouvernement de l'Ontario (lien à la fin de l'article).
Cette marmite était pleine aux deux-tiers, de la récolte d'eau d'érable de la journée.
Je l'ai fait bouillir  à feu moyen durant environ 6 heures, 
j'ai écumé au besoin
et j'ai obtenu 500 mL (2 tasses) de sirop.

Cette vapeur nettoyante embaume toute la maison. On se croirait à la cabane !
Si je dois interrompre l'ébullition pendant plusieurs heures avant d'avoir obtenu du sirop,
je mets le réduit (c'est-à-dire l'eau d'érable pas suffisamment évaporée)
au frais (au réfrigérateur, par exemple) et je reprends le processus plus tard.
Il m'arrive même de faire d'abord bouillir la nouvelle eau récoltée la journée suivante,
puis en fin d'ébullition, d'ajouter mon réduit de la veille. Mais on peut toujours ajouter de la nouvelle eau
 d'érable en plein milieu d'ébullition sans aucun problème.

Pour déterminer le moment où l'eau est devenue du sirop, ma méthode n'a rien de scientifique : je compare le goût en sucre avec du sirop de l'année précédente, s'il m'en reste, ou avec du sirop du commerce. La texture de mon sirop est aussi un indice, mais n'oubliez pas qu'un sirop bouillant vous semblera beaucoup plus liquide que lorsqu'il sort du réfrigérateur !

Attention : il est toujours possible de faire bouillir à nouveau un sirop trop clair, mais si vous y allez trop fort, vous vous retrouverez avec de la tire que vous pourriez utiliser sur la neige... si vous avez eu la prévoyance de mettre un contenant de neige propre et bien tassée au congélateur, bien sûr !


Pour en apprendre plus sur le sirop d'érable, ses qualités nutritives et sa production, et pour avoir accès à des recettes, voir le site de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec.

Pour une méthode détaillée sur l'entaillage, les ustensiles, la cuisson et la préservation du sirop, voir le document du gouvernement de l'Ontario sur la production domestique du sirop d'érable.

Et souhaitons-nous du plaisir à nous sucrer le bec !

49 commentaires:

  1. Moi aussi j'ai essayé cela cette année! Nous avons entaillé 6 arbres de façon plutôt tardive. Nous avons eu environ 1L de sirop je crois en fin de compte. Quand on ne voulait pas faire bouillir la sève si longtemps, on la réduisait partiellement pour faire un genre de thé. Aussi, j'ai utilisé la sève plusieurs fois en remplacement de l'eau pour faire bouillir du navet pour ma recette de soupe navet-érable! mium! J'ai utilisé la même méthode que toi, si tu essaies à l'extérieur l'an prochain je serais curieuse d'en savoir plus!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Isabel !
    Désolée de ne pas t'avoir répondu plus tôt, mais ton commentaire nous a échappé.
    Habituellement, nous recevons un avis lorsqu'un nouveau message nous arrive.
    Dans ton cas, apparemment, il n'y en a pas eu et c'est par accident que nous l'avons découvert.
    Ce que tu viens de partager est fort intéressant.
    Je vais certainement essayer ta soupe. J'aime le navet. Parles-tu ici du rutabaga (gros légume jaune) ou du vrai navet (chair blanche et peau blanche et mauve)?
    Remarque, je crois que ce serait bon avec les deux !
    Et puis, ce ne serait certainement pas mauvais du tout avec de la citrouille ou de la courge. J'ai justement eu quelques courges d'hiver que j'ai fini d'utiliser vers fin février ou début mars. Avoir su...

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, il y a fort longtemps que je voulais faire mon propre sirop. Cette année j'ai fait ma première récolte. J'avais vu il y a longtemps une méthode à la télévision où l'on utilisait les anciennes friteuse/cuisseur des années 70 où l'élément chauffant n'est pas en contact avec la surface de cuisson. J'ai trouvé une vieille Danby chez mes parents. Je l'ai installé dans le garage et je fais bouillir mon eau d'érable ! -Glenn

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fort intéressant ! Je crois que cette méthode est ingénieuse. J'imagine qu'elle est sécuritaire par-dessus le marché et fort probablement plus économique que nos réchauds au propane. Merci beaucoup d'avoir partagé cette information !

      Supprimer
  4. Bonjour à vous tous !!! J'ai besoin de vos conseils ! J'ai récolté pour la première fois de l'eau d'érable, environ 150 litres. J'en ai fait bouillir une partie mais j'ai due interrompre le processus à cause du manque de temps. Je voudrais reprendre l'ébullition et compléter le tout mais je viens de lire que l'eau d'érable doit être bouillie dans les 24 heures après sa récolte.... L'eau a été conservée dans un baril à l'extérieur à l'ombre et au frais ainsi que le réduit... Est-ce que le sirop sera consommable ? Puis je poursuivre le processus ? Est ce que j'ai manqué mon coup et je devrais tout jeter ??? Je ne voudrais pas rendre mon monde malade !!! Aidez moi svp, je ne sais pas trop quoi faire ! Merci !! Karine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Karine !
      150 litres est une très bonne récolte ! Comme l'ébullition prolongée vous garantit de tuer toutes les bactéries qui auraient pu se développer dans votre réduit, je ne crois pas qu'il y aurait problème de ce côté une fois que vous aurez fait bouillir à nouveau.
      De plus, quand on dit qu'il faut faire bouillir la sève dans les 24 heures après sa récolte, il faudrait spécifier : à moins qu'elle soit congelée, soit dehors, soit au congélateur. Personnellement, je me suis déjà risquée à le faire après ce délai, par température froide, sans atteindre le point de congélation. Mais je ne crois pas avoir jamais dépassé 48 heures.
      Pour déterminer si mon eau d'érable est bonne, je me suis toujours fiée à deux choses : l'apparence de la sève (je la jette au sol dès qu'elle est brouillée ou a pris une teinte jaunâtre) et le goût. À mon sens, ce dernier critère ne trompe pas.
      Vous ne le dites pas clairement, mais je crois comprendre que vous avez ajouté de la sève "crue" à votre réduit, sans reprendre le processus d'ébullition par la suite. Je parierais que le taux plus concentré de sucre dans le réduit a aidé à protéger votre liquide des bactéries. Reste à voir si j'ai raison.
      Faites le test d'y goûter, quitte à recracher votre gorgée si cela vous inquiète et d'enfiler une bonne gorgée d'alcool ou de rince-bouche tout de suite après. Si le goût vous paraît intéressant, allez-y pour reprendre l'ébullition.
      Pour être plus certaine, vous pouvez toujours faire bouillir votre réduit au moins 20 minutes avant d'y goûter.
      Autre chose : pour l'an prochain, vous pourriez penser à d'autre options pour vous aider à gérer une telle quantité d'eau d'érable. Vous pourriez soit congeler une partie de votre récolte pour consommation future, soit remplacer votre jus de fruit matinal par un verre d'eau d'érable, soit limiter le nombre de vos entailles. Justement, nous allons publier un deuxième article sur ce sujet. Il est presque prêt, le temps de quelques corrections et de le traduire en anglais et il sera disponible.
      Bonne chance et surtout, donnez-nous des nouvelles de votre expérience, positive ou négative, afin que nous puissions tous apprendre.
      Louise

      Supprimer
    2. une bonne place pour ce genre de renseignements est le forum les sucrier .com.... parconte monte en température soit avec plus de bois ou un fan .dautre monte l'évaporateur sur des bloc pour le lever du sol pour avoir plus d'air!

      Supprimer
  5. Comment faire pour faire chauffer le poêle à sirop cdl la panne en avant bouille pas et celle d,en arrière bouille avant, quoi on fait de mal?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée, mais comme je ne connais pas du tout le système des pannes à sirop, je ne pourrais pas vous répondre. Essayez de trouver la réponse sur internet.

      Supprimer
  6. Besoin d'un truc ou conseil. Lorsque je fais bouillir mon eau/sirop et qu'il atteint 104 degres Celcius, mon sirop est encore trop liquide. Si j'attends toujours 2-3 min même chose. De 5 à 10 min, il commence être pas pire. Pour le tester, je le mets au congélateur et s'il gele, il est encore liquide. Est ce qu'il y a qqn qui sait combien de temps le sirop doit être bouilli à 104?

    RépondreSupprimer
  7. Vous avez raison de calculer 4 degrés Celsius au-dessus du point d'ébullition de l'eau. Mais, celui-ci peut changer à cause de la pression atmosphérique du moment ainsi que de l'altitude où vous êtes. Cette année, mon mari a commencé à utiliser un thermomètre pour produire notre sirop. Il a fait bouillir de l'eau dans un autre chaudron, à côté de l'eau d'érable. Il a noté à quel degré l'ébullition se produisait. Ici, chaque fois, cela a donné 100 degrés Celsius. Mon mari a donc ajouté 4 degrés pour le sirop. Il a tout de même remarqué qu'il était préférable de s'arrêter juste avant la barre des 4 degrés pour ne pas obtenir un sirop trop épais qui aura plus tendance à cristalliser.
    Donc, ce qu'on peut lire sur internet semble vrai : le degré idéal d'ébullition pour obtenir du sirop d'érable peut varier. Ce n'est donc pas une mauvaise idée de vérifier le point d'ébullition de l'eau chez vous au moment où vous voulez faire bouillir l'eau d'érable. De plus, à votre place, je tenterais de penser en termes de degrés et non de minutes à ajouter à votre ébullition pour faire épaissir votre sirop.
    Si je me fie à mon expérience personnelle, j'augmenterais d'une fraction de degré à la fois pour voir le résultat. Mais si vous préférez faire une mesure dans le temps, vous aurez besoin de 10 minutes au minimum pour voir une différence notable dans l'épaisseur du sirop. Bonne chance et donnez-nous de vos nouvelles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dernier détail : en principe, dès que le thermomètre atteint le bon degré, on ferme le feu.

      Supprimer
  8. Ça y est, je me suis lancé moi aussi dans l’acériculture avec un érable argenté ainsi qu'un érable à Giguère. Dans la seule journée d’hier (le 27 février 2017 près de Montréal) j’ai ramassé 14 litres d’eau d’érable avec 4 entailles.

    J’ai remarqué qu'il est plus avantageux d'accumuler une certaine quantité d’eau d’érable et de faire l’évaporation en continu plutôt que de faire plusieurs petites chaudronnées.

    Aussi, quand on approche de la fin, on peut transvider la solution dans un plus petit chaudron pour terminer l’ébullition et limiter les pertes.

    On peut même arrêter l’évaporation et reprendre avec la collecte du lendemain. Moins on transvide moins on en perd. Je l’ai appris à mes dépends.

    J’effectue l’évaporation à l’intérieur sur une cuisinière électrique avec la hotte en fonction. Ce n’est pas trop salissant. J’ai juste un peu de « gomme » à proximité du chaudron. Pour savoir quand c’est prêt, j’y vais au pif. Quand l’ébullition change d’aspect ça signifie que le sirop est sur le point d’être prêt.

    L'érable argenté donne un sirop de la même couleur et de même goût que le sirop traditionnel. C'est à s'y méprendre.

    Pour l’érable à Giguère c’est fort différent. J’ai obtenu un sirop beaucoup plus transparent et le goût est moins prononcé mais pas du tout désagréable.

    Dans les 2 cas j'ai un ratio avoisinant les 1:32.

    Je suis très content de mon expérience. Au début quelques personnes ont ri de moi mais le succès de l’opération valait bien quelques taquineries.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour moi je prend tout mes chaudières durant la semaine et le fais bouillir les fin de semaine et il a aucun problème pour le goût ou autre. Mieux vaut avoir 2000 litres et faire bouillir en continue que faire par tranche de 50 litres je fais 700 litres en 6 heures dans ma panne ☺

      Supprimer
  9. Bonjour, anonyme, merci pour vos commentaires, qui sont très pertinents. Je n'ai jamais goûté de sève d'érable à Giguère. Mais je sais que la sève de cet arbre doit être bouillie plus longtemps pour concentrer le sirop.
    Dan, vous nous parlez d'une vraie érablière, dans votre cas ! Dites-moi, comment vous y prenez-vous pour conserver votre sève pendant une semaine sans qu'elle se brouille, se dégrade et change de goût ? Est-ce que vous pouvez l'entreposer à l'extérieur, au froid ?
    Merci à vous deux pour votre partage et je nous souhaite une belle récolte 2017 ! Louise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, j'ai construit une bâtisse pour le sirop d'érable et tout est fais par moi même car je suis soudeur, acheter en magasin est très dispendieux moi j'ai 300 bucket sur mon terrain que je fais pour moi personnellement et lorsque je récolte mes bucket je les laisse dans une Tank a vache ( le miens peux contenir 2000 litres) recouvert de Polyuréthane, sa garde l'eau d'érable au froid. Vous pouvez le faire avec n'importe quel sorte de tank en stainless il ne faut pas le laisser au soleil ou a la chaleur sinon en moins de 48h il n'est plus bon. si vous laisser la Tank dans un endroit froid comme je fais même après 5-6 jours il n'a pas d'odeur et le gout du sirop est identique que celuis fais le même jour.

      Supprimer
    2. Bonjour,
      mon je le stock dans des grosses bouteilles d'eau de 18 litres d'épicerie, C'est gratuit, juste a payer la consigne et les ramener a la fin de la saison!
      Je les stocke sous la neige contre un mur au nord!

      Supprimer
    3. Bonjour (C'est moi anonyme),

      Ma première saison tire à sa fin. À ce jour j'ai récolté 57 litres d’eau d’érable avec mon érable argenté et 32 litres avec l'érable à Giguère. Chacun ayant 2 entailles.

      La saison s’est bien déroulée même si quelques pépins sont survenus. D’abord J’ai constaté une entaille qui a soudainement cessé de couler. Je crois que c’était un résidu de bran de scie provenant du perçage. Une fois débloquée, elle est repartie de plus belle.

      Étant peu abrité, de très forts vents ont fait balloter les seaux arrachant ainsi 2 chalumeaux. La prochaine fois je devrai attacher les seaux ou mettre du lest. On apprend de ses erreurs.

      J'ai l'intention de laisser tomber l'érable à Giguère l'an prochain car finalement, le goût de ce sirop ne m'emballe pas tellement et une seule sorte de sirop facilitera les opérations.

      Selon ce que j’ai lu, je pourrais ajouter une troisième entaille à mon érable argenté qui fait 60 cm (24 po.) de diamètre.

      J’ai découvert des chalumeaux en plastique dont le diamètre est plus petit que les traditionnels (5/16"`au lieu de 7/16") limitant la taille de la blessure à l’arbre.

      Je me suis bien amusé. Votre article fut le coup de pouce qui me manquait pour me décider d’essayer.

      Supprimer
    4. Merci à vous trois d'avoir pris de votre temps pour partager votre expérience. J'ai appris de ce partage ! Je retiens les techniques d'entreposage de la sève à l'extérieur.Je me demande si l'usage de chalumeaux plus petits réduit la quantité de sève récoltée. Dans le fond, tout dépend du trou au fond du chalumeau, j'imagine. Le vent a déjà décroché nos seaux, mais nos chalumeaux restent bien en place, d'habitude. Il faut que l'entaille soit suffisamment profonde, que le diamètre du trou ne soit pas trop grand pour celui du chalumeau et nous finissons l'installation par quelques coups de marteau pour bien coincer chaque chalumeau dans son trou. Cette année, malgré que nous ayions manqué une partie de la saison parce que nous nous sommes absentés, nous en sommes quand même à près de trois litres de sirop et une belle dégustation de tire d'érable ! Bonne fin de saison.

      Supprimer
  10. J'ai fait bouillir mes premiers litres de sirop cette fin de semaine. Je me rends compte que mon sirop n'est pas clair. Il est plutôt brouillé. J'ai filtré mon eau et j'ai aussi filtré le sirop avant de le mettre en pot. Avez-vous des trucs pour moi? Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ! Votre problème est embêtant et je me demande ce qui se passe. D'après ce que vous décrivez au niveau de la filtration, j'imagine que vous avez pris soin de travailler avec des ustensiles et contenants propres, donc le problème se situerait ailleurs. Quelque chose de similaire nous est arrivé cette année avec une chaudronnée de réduit (sève seulement bouillie à moitié). Nous avons eu un litre dans lequel un nuage s'est formé et est resté en suspension dans la moitié inférieure du pot. Comme ce sirop inachevé avait quand même très bon goût nous l'avons filtré et fait bouillir à nouveau. Le sirop qui en a résulté a bon goût et est resté clair jusqu'à présent. Nous allons le conserver au réfrigérateur, le surveiller d'un peu plus près et le consommer plus rapidement, mais je suis contente de ne pas l'avoir jeté !

      Supprimer
  11. Region de Shawi... Ca coule pas fort cette année. Ca bien starter.. Mais la sa stagne. A peine 35 gallons de fais sur 400 entailles .. Habituellement ont oscille autour de 55 60 gallons. Dommage .. Mais je crois que la saison 2017 ne sera pas le gros char en frais de volume... Par contre au niveau ratio sucre-eau.. Rien a dire. Tout a commencer sur la cuisiniere et 4 erables il y a 10 ans.... Maintenant ont entailles sur 4 proprieter avoisinante et bouille dans le garage qui fut aménager a cet effet. Les voisins sont fort heureux d'avoir des produits d'erable gratuitement en échange d'acces a leurs erables. .. Oser demander vous serez surpris... Ont nous a meme soliciter pour ajouter d'autres entailles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle belle idée ! De mon côté, je me suis dit qu'un jour (quand nous aurons construit notre cabane à sucre sur notre nouvelle terre - voir l'article de 2016 au sujet de cette propriété), nous pourrions inviter des gens à nous aider dans la récolte de la sève et la fabrication du sirop. Ces volontaires pourraient repartir avec une quantité de sirop équivalente à la moitié de ce qu'ils auraient produit dans le temps de travail qu'ils auraient investi. L'idée est à mettre au point, mais ce pourrait être une belle expérience communautaire.

      Supprimer
  12. Bonjour a vous tous

    Je suis nouveau dans le domaine j'ai 66 ans et je suis a la retraite je viens de marquer mes arbre pour le printems je veux faire l'experience de faire du sirop moi meme vos conseil sont le bienvenue.

    Michel le Curleur

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour à vous !
    Les quelques conseils que je voudrais ajouter aux renseignements déjà inclus dans cet article sont les suivant : essayez d'évaluer réalistement la quantité d'énergie et de temps que vous pouvez et voulez investir dans cette aventure. Quarante litres de sève à faire évaporer pour obtenir un litre de sirop représentent beaucoup de vapeur et plusieurs heures. Il est surprenant de constater combien d'heures on peut investir à partir de seulement six ou huit entailles qui coulent bien.
    D'ailleurs, avez-vous suffisamment de contenants, de casseroles et de pots Bernardin ou Mason pour recueillir toute cette abondance ?
    De plus, un thermomètre à confiserie, sans être un accessoire essentiel, peut vous épargner beaucoup de moments d'incertitude et donc, d'hésitation, quand vient le temps de décider de fermer le feu sous le sirop.
    Bonne saison !

    RépondreSupprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour.

    Ma question va peut-être paraître bizarre... Je voulais savoir s’il est possible d’entailler nos arbres en plein coeur de Montréal. J’ai 2 érables à Giguère dans ma petite cour du plateau Mt-Royal. Ou le sol est-il trop pollué pour rendre la consommation de l’eau d’érable potable?

    Merci beaucoup

    Marie-Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie-Claude,

      Je n'ai jamais entendu parler d'un tel problème. Le fait que vos arbres soient en plein coeur de Montréal n'a rien d'inquiétant. À moins d'être assis sur un ancien site industriel lourdement contaminé, je ne vois pas de problème à entailler vos érables à Giguère. D'ailleurs, si la sève était contaminée vos arbres auraient sans doute dépéri. Ce n'est rien de scientifique, juste une impression. Tant qu'à moi, allez-y allègrement.

      Ceci dit, ne tardez pas car la saison est déjà bien amorcée (Je suis près de Montréal et j'ai déjà plus 90 litres de ramassés avec un seul érable argenté qui a commencé à couler vers le 26 février dernier).

      Ne soyez pas surprise si vous trouvez que le sirop provenant de l'érable à Giguère a un goût fort différent des érables que l'on entaille habituellement (érables à sucre, rouge et argenté).

      Amusez-vous bien.

      Supprimer
  16. Bonjour,
    Avez-vous découvert pour quelle raison votre sirop était brouillé l'an passé? Je viens de bouillir pour la première fois et il m'est arrivé la même chose. En fouillant un peu, ce que j'ai pu comprendre, c'est qu'il y aurait deux possibilités, soit que j'ai trop fait bouillir et qu'il ait commencé à se cristalliser ou soit que j'ai frotté le filtre lors de la dernière filtration (sirop avant de mettre en bouteille), ce qu'il ne faut pas faire il parait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certaine et vous me donnez deux pistes de réflexion. C'est mon mari, ces années-ci, qui s'occupe de faire bouillir. Il a acheté un feutre épais, blanc, conçu pour filtrer le sirop d'érable. Cela nous donne un sirop plus limpide, mais n'empêche pas toujours la cristallisation. Les producteurs de sirop vraiment bien équipés utilisent une méthode de filtration plus sophistiquée, si je comprends bien. Alors, nous ne sommes pas surpris de remarquer encore un léger dépôt au fond de nos pots. Le sirop est clair, au-dessus de cette couche de sédiments. Je crois que la cristallisation est due à une ébullition légèrement trop longue. C'est la première fois que j'entends parler d'une action mécanique de frottement sur le filtre. Merci de partager vos renseignements !

      Supprimer
  17. Salut moi j'ai une question pour vous j'aimerais savoir j'utilise un densimétre pour savoir quand mon sirop es prête, je suis débutante alors jaime mieu messayer avec des instrument faite pour sa.... ma question est la suivant si mon sirop es a 42C° et es 69 brix jai tu scrapper mon sirop? Si oui ques-ce que je peu faire pour le sauver ou simplement faire autre chose que du sirop? Merci de vos réponses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La valeur 69 est-elle la valeur lue sur le densimètre ou la valeur après correction? Quand on lit une valeur d'un sirop à 42°C, il faut ajouter à la valeur lue une valeur d'environ 2° brix.

      Enfin, que vous ayez 69 ou 71° brix ça ne change pas grand-chose. Vous avez simplement trop fait bouillir votre sirop mais ce n'est pas grave à mon avis (je ne suis pas spécialiste). Votre sirop est probablement plus foncé. Pour un producteur
      cela signifie un déclassement de son sirop et un revenu moindre. Pour la consommation personnelle cela est sans conséquence.

      Il y aurait eu problème si vous étiez en bas du 66° brix car cela aurait signifié qu'il y a encore de l'eau dans le sirop ce qui peut nuire à la conservation et il y a alors risque de contamination.

      Supprimer
    2. super merci de votre reponse rapide waw cest du service sa! Cest pour consommation personnel! Jai refaite le teste une fois refroidie Mon sirop es a 0C° avec la soustraction quil dis de faire avec le densimètre cest a dire -1.69 jarrive a 68.31 brix alors cest correct?

      Supprimer
    3. Si je me fie aux instructions de mon densimètre, je suppose que votre lecture était de 70° brix à 0°C et en soustrayant 1,69 ça donne 68,31° brix. Ça me semble correct comme calcul.

      En passant j'ai vu qu'avec le densimètre qu'il faut mettre le sirop dans un récipient en premier et mettre le densimètre ensuite. Aussi il faut faire tourner le densimètre comme une toupie pour faire décoller les bulles d'air qui pourraient fausser la lecture.

      Comment a été la récolte ? Ici c'est fou j'ai fait 9,8 litres de sirop avec un seul érable. C'est 5 fois plus que l'année précédente.

      Supprimer
    4. Merci beaucoup pour ces renseignements, Stéphane. Vous utilisez un équipement que je ne connais pas et qui vous permet certainement des résultats plus précis que nous. Mais je sais, en effet, que s'il y a trop d'eau dans le sirop, il peut moisir. Quant au sirop trop bouilli, c'est possible de faire fondre la partie cristallisée qui se retrouve au fond du pot. On peut l'étendre ensuite dans une assiette recouverte de papier ciré, laisser refroidir, puis casser la galette de sucre qui se reforme et la consommer comme bonbon, par exemple.

      Supprimer
  18. Où peut-on se procurer un densimètre, combien ça vaut et, est-ce qu'un densimètre pour faire du vin peut également servir pour le sirop d'érable? Petite production à la maison, 4 entailles...Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai trouvé un dans une coop agricole pour 15$ (BMR à Sainte-Martine). Ce n'est pas absolument nécessaire surtout pour une petite production. J'ai fait le mien à l'oeil à l'aide d'un thermomètre. Quand l'ébullition s'emballe vers 103-104°C ça s'en vient. Vers 105-106°C c'est prêt.

      Supprimer
    2. Merci, je vais m'en passer donc. Mais presque partout, on parle de 104 C. Je vais essayer votre suggestion pour ma prochaine batch à 105-106. Bonne saison...

      Supprimer
    3. Mon thermomètre n'étant pas précis, il est possible que mon 105-106 C correspond à 104 C qui effectivement est la bon degré à atteindre.

      Supprimer
  19. Pour être plus précis, le sirop est prêt à 4degré Celsius de plus que le point d’ebullition de l’eau. Il faut calibrer le thermomètre avant. Ça fait 2 ans que je fais mon sirop avec 8 entailles et je me fie à la température mais aussi au goût et épaisseur. Je le congèle dans des pots Masson non stérilisé pour le conserver et s’il gèle c’est qu’il n’a pas assez bouilli, le sirop est épais mais pas complètement figé. J’ai terminé mon excellente récolte cette année, 13 litres!!

    RépondreSupprimer
  20. Salut gang de néophyte comme moi.
    J'ai un vieil érable argenté de trois gros troncs qui ont chacun deux entailles et un autre érable inconnu de six troncs avec une entaille chacun, soit douze entailles en tout.
    Jusqu'aujourd'hui j'ai récolté assez d'eau pour faire 12 litres de sirop!
    Mon ratio est d'environ 1:25 et le sirop est très clair et d'un goût subtil.
    Un voisin acériculteur de 4 ème génération m'a gentiment prêté un termomêtre à sirop muni d'une molette d'ajustement du degré d'ébullition de l'eau. En effet, par beau temps la pression atmosphérique au niveau de la mer est plus haute que par temps pluvieux. La pression atmosphérique influence grandement le dit degré d'ébullition. À 101.3 kilopascale ( pression ath. normale ) l'eau bouille à 100 degré celcius, le sirop est prêt à 3.?? presque 4 degrés celcius de plus que le degré d'ébullition de l'eau. Il semble essentiel de vérifier ce degré d'ébullition de l'eau et, si par exemple l´eau bouille à 102 degrés celcius, il faut bouillir le sirop jusqu'à 106 celcius. De même, si l'eau bouille à 98 celcius, il faut bouillir le sirop jusqu'à 102celcius seulement; vous comprenez le principe.
    Le test du "gelage" du sirop fonctionne aussi très bien; si le sirop gèle c'est qu'il n'est pas assez concentré en sucre. Si le sirop fait des cristaux de sucre, c'est qu'il a bouilli à plus de 4 degrés que le degré d'ébullition de l'eau!
    Pour les nuages dans le sirop, il semble que ce ne soit qu'une question de filtrage.
    Nos premiers filtrages laissaient toujours ces fameux nuages et le produit n'était pas translucide; nous avons triplé les filtres de feutrine et, bingo, après avoir re-chauffé le sirop et re-filtré à travers cette triple feutrine nous avons réussi à obtenir une limpidité parfaite! Bien entendu il ne faut pas gratter le filtre car cela laisse passer à travers des micros concrétions de calcaire entassées dans le filtre, d'où les fameux "nuages" possiblement, c'est une hypothèse.
    Il semble aussi que la couleur du sirop dépende de l'avancement de la saison.
    Il se peut aussi que de l'eau d'érable qui aurait attendue quelques jours avant d'être évaporée fasse un sirop plus foncé, mais ce n'est encore qu'une hypothèse.
    Notre sirop est "top nutch" et je ne saurais assez remercier les auteurs de ces articles pour toute l'aide que qu'ils nous ont procurée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce nuage (dépôt) se produit qqfois chez nous. J'aimerais bien essayer la feutrine pour re-filtrer mon sirop. Est-ce la même feutrine de toutes les couleurs que les carrés qu'on achète pour des bricolages ou bien il faut l'acheter chez un marchand de tissu?

      Supprimer
    2. Les coops agricoles et les magasins spécialisés dans la vente d'équipement d'acériculture (il y en a un à Granby, rue Dufferin) vendent de grandes feuilles de feutre blanc spécialement conçues pour filtrer le sirop d'érable. C'est ce que nous utilisons et réutilisons d'année en année. Je ne sais pas combien elle nous a coûté, par contre.

      Supprimer
    3. Merci! On va s'en procurer l'an prochain

      Supprimer
  21. Nous avons utilisé de la feutrine blanche 3 épaisseurs.
    Notre ami acériculteur utilise une double épaisseur de cotton ouaté.

    RépondreSupprimer
  22. J'ai eu un surplus d'eau et je ne peux pas bouillir assez rapidement puisque je bouille artisanale (un grosse marmite) Si mon eau est devenu brouiller ou un peu blanche est mais goute bon est-ce que je peux encore la bouillir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Selon mon expérience, oui, fiez-vous au goût. Mais vous avez peu de temps pour le faire avant que la sève ne se gâte. Sitôt que nous trouvons le goût de la sève peu satisfaisant, nous la jetons à terre. Puisque les nuits sont toujours plus froides qu'à l'intérieur, nous gardons nos surplus dans divers contenants à l'extérieur. Si la météo annonce une température en bas de zéro, nous laissons l'eau d'érable dehors dans son seau, accroché ou non à l'arbre ou dans un autre contenant qui ne risque pas d'éclater durant la congélation. Un contenant métallique est de loin le plus sécuritaire de ce point de vue. Le lendemain, nous retirons la portion qui s'est transformée en glace et nous la jetons par terre, car elle contient très peu de sucre. C'est dans la portion qui n'a pas gelé que le sucre s'est concentré. En jetant la glace, nous réduisons de beaucoup le temps d'évaporation sur le feu.
      J'en profite pour remercier tout le monde de ce beau partage d'information et d'expérience.

      Supprimer
    2. Que de bons conseils sur votre site. On en a utilisé plusieurs pour notre première experience avec 4 entailles seulement pour 10 litres de sirop. Et s'il est excellent, c'est un peu grâce à vous. Merci beaucoup et à l'année prochaine!

      Supprimer