jeudi 1 juin 2017

La rainette faux-grillon


Hélène:
Le 23 Avril dernier, la ville de Boucherville offrait un atelier-découverte dans le Boisé du Tremblay, un sentier nouvellement inauguré et accessible au public depuis l'Automne 2016. J'y ai participé avec ma petite famille et nous avons eu beaucoup de plaisir à sillonner le sentier de 1,43km qui commence en route gravelée et qui se développe en passerelle de bois suspendue. Il en est ainsi, car le Boisé du Tremblay est un environnement humide en grande partie (les milieux humides sont classés en 4 grandes catégories: les tourbières, les marais, les étangs et les marécages).

Marécage arborescent, c'est-à-dire principalement composé d'arbres.

L'intérêt du Boisé du Tremblay est tout particulier: il s'agit d'un des sites où la population de rainettes faux-grillons de l'Ouest, Pseudacris triseriata  - une espèce classée vulnérable au Québec et menacée au Canada - y est la plus importante.

Cette petite beauté de la nature fait face,  malheureusement, à beaucoup de facteurs qui jouent contre son épanouissement.  

D'abord, elle ne mesure qu'un maximum de 3,7 cm, ce qui en fait un des plus petits amphibiens. Sa taille réduisant sa capacité à parcourir de grandes distances, son habitat se limite donc à un rayon d'environ 300 m autour de son étang. Une si petite surface est fragile aux changements et compte tenu qu'une rainette faux-grillon (ayant une espérance de vie de 1 à 2 ans) ne pourra se reproduire qu'une fois dans sa vie, une population peut disparaître en un rien de temps. Le but de cet atelier était donc d'informer et de sensibiliser la population. Voici d'ailleurs le manifeste du gouvernement du Canada sur la rainette faux-grillon.


Une toute petite rainette faux-grillon femelle au centre de l'image !
Il y a aussi le fait que, pour qu'un têtard arrive à maturité, les conditions doivent être parfaites. Puisque les rainettes se reproduisent dans des étangs temporaires, celles-ci ont besoin d'une bonne quantité d'eau (pas d'eau, pas de têtards; trop d'eau ou des nappes d'eau permanentes et le potentiel d'avoir plus de prédateurs, comme des poissons, est accru); cette hydro-période doit durer entre 80 et 120 jours (quoique les recherches sont encore en cours et ne s'accordent pas toutes sur ces chiffres) pour laisser le temps aux têtards de devenir rainettes. 
La forêt a les pieds dans l'eau et c'est donc l'idéal pour la période de reproduction de la rainette.
Lorsque nous avons fait la visite, nous pouvions entendre le chant des rainettes. Étant en pleine période de reproduction, le Boisé du Tremblay est normalement fermé aux visiteurs pour cette période (voir pancarte sur la photo qui suit), pour ne pas nuire aux amourettes. Notre petit groupe avait le privilège d'être guidé par des experts de la ville de Boucherville et les propriétaires de la terre (Nature-Action) qui avaient beaucoup de bonnes informations à nous transmettre sur la rainette, mais aussi sur le Boisé en général. Voici d'ailleurs leur site internet et les règles du Boisé: Nature-Action.

Lors de notre promenade guidée, nous avons néanmoins croisé quelques groupes de personnes qui semblaient faire fî du règlement, malheureusement.

Il serait bien ici de mentionner quelques-unes des règles du Boisé. Ces règles sont mises en place, rappelons-le, pour réduire au minimum la perturbation de ce lieu protégé. Par conséquent, et outre la période mentionnée ci-haut, les chiens ne seront plus permis à partir du 1e juin 2017. Bien sûr, tout véhicule récréatif y est interdit, en été comme en hiver. Rester sur les sentiers peut paraître comme une règle qui va de soi. Néanmoins, je crois qu'il est important de la formuler en bonne et due forme. Les déchets, les feux et toute forme de perturbation qui pourrait menacer le milieu sont à proscrire. Après tout, ce Boisé vaut la peine d'y faire attention!


Le sentier tortueux vu en arrière plan. Dans cette forêt, il y a beaucoup de frênes en péril à cause de l'Agrile du frêne, espèce exotique qui n'a pas de prédateurs par ici et qui fait des ravages.

Outre la courte période de temps de reproduction où il est demandé de ne pas s'y promener (du 10 avril au 8 mai), le Boisé vaut la peine d'être visité! Y étant allée à la fin du mois d'avril, j'y retournerai sûrement pour prendre des photos... plus vertes!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire